Accueil > Publications > Articles hebdomadaires > Le bonheur se situe dans la nature

Le bonheur se situe dans la nature

Les thèmes centraux

 

  • Le concept de lien avec la nature correspond au degré auquel nous sommes connectés à la nature
  • La recherche scientifique a identifié une corrélation entre le bien-être (entre autre la réduction du stress, les émotions positives, la satisfaction de vie, le sens de sa vie, la santé mentale, la pleine conscience, la vitalité, les objectifs, la sociabilité, la résilience)  et le fait d’être en contact avec la nature.
  • Si nous n’avons pas la conscience de notre connexion au monde naturel, nous perdons beaucoup de ce qu’il a à nous offrir.
  • Une perte de la connexion psychologique et physique avec la nature est probablement au cœur de notre crise écologique
  • Etre davantage au contact de la nature changera votre façon de voir le monde
  • Il y a une multitude de moyens grâce auxquels vous pouvez vous reconnecter à la nature

 

 

Qu'est-ce que le lien avec la nature?

 

Une analyse de 1984 sur des patients dans un hôpital en Pennsylvanie, en convalescence suite à la même opération, a découvert que les patients ayant une chambre avec vue sur des arbres sont restés moins longtemps à l'hôpital, ont eu besoin de moins d’antidouleurs, ont eu moins de complications post-opératoires que les autres patients, dont la chambre avait vue sur un mur de brique. Comment est-ce possible? Est-ce que la nature a des propriétés qui nous nourrissent et augmentent notre bien-être?

Cela semble bien être le cas et le consensus se fait de plus en plus dans la communauté scientifique, quant au fait que le lien avec la nature nous offre des bénéfices dans beaucoup de secteurs de nos vies, dont notre bien-être, notre santé mentale et physique, nos relations sociales et même notre bien-être spirituel.

Le lien avec la nature est un concept de la personnalité qui englobe le lien cognitif, émotionnel et expérientiel d’un individu avec l'environnement naturel. Cela signifie que cela s'étend de la conscience simple d'être fondamentalement interconnecté avec le monde naturel (pensez simplement au flux des molécules à l’intérieur et à l’extérieur de notre corps, au fait que nous abritons plus de cellules ayant un ADN étranger que de cellules ayant nôtre ADN, ou à l'importance de la santé microbienne pour notre santé générale) jusqu’au désir émotionnel d'être connecté avec la nature, d’y passer du temps, de prendre soin de la nature jusqu'à l'expérience intense du moment présent dans la nature. Ce faisant, nous comprenons que nous faisons partie d'un organisme plus grand, nous appréhendons le monde tel qu’il est et nous développons un attachement plus grand au monde naturel.

Le concept de lien avec la nature dérive de l'hypothèse biophilia, développée par le biologiste E. O. Wilson qui suppose que les êtres humains possèdent un besoin inné d'affiliation avec le monde naturel. En témoignent les activités populaires liées à la nature : les zoos, le jardinage, les plantes d’intérieur, les animaux domestiques, les sports en pleine nature et notre attrait pour les beaux paysages. D’après la perspective biophilia, notre degré de connexion à la nature dépend de la manière dont nos besoins innés de relation avec la nature ont été soit soutenus, soit réprimés, au cours de notre enfance.

 

Pourquoi le lien avec la nature est-il important?

 

Bien que l'hypothèse biophilia reste une hypothèse, la recherche dans ce domaine se développe et des études ont trouvé un large nombre de relations entre le lien avec la nature et l’augmentation du bien-être.

Le lien avec la nature est une caractéristique stable de la personnalité qui a été associée, par exemple, à des niveaux supérieurs de bien-être psychologique (par exemple, une plus grande acceptation de soi, croissance personnelle, objectifs de vie) et de bien-être social (entre autre, le fait de se sentir socialement intégré). En outre, il a été positivement associé à la pleine conscience, à l’ouverture d’esprit et aux comportements favorables à l'environnement, ainsi que négativement associé au consumérisme.

Alors que la capacité à être en lien avec la nature est considérée comme une caractéristique stable de la personnalité, elle peut changer en fonction des expériences.

En effet, une exposition directe à la nature a également été associée à un grand nombre d'effets positifs : des émotions positives, l'allégement de la fatigue cognitive, l'amélioration de l'attention ou la capacité des gens à réfléchir sur un problème de vie. Des niveaux accrus de vitalité et des niveaux d'aspirations intrinsèques accrus (comme la croissance personnelle, l'intimité et la communauté) ont été observés, tandis qu'une plus grande connexion à la nature a été associée à une diminution des aspirations extrinsèques (par exemple à l’argent, l’image, la renommée). Ceci est tout à fait capital puisque la réalisation d’objectifs intrinsèques a été associée au bien-être, alors que la réalisation des aspirations extrinsèques a été plutôt liée au mal-être. Enfin, des associations avec la générosité et la gratitude ont également été découvertes. Même si dans une moindre mesure, de tels effets ont été découverts y compris avec la nature domestiquée, tel que de mettre des plantes d'intérieur dans l'espace de travail.

Une exposition prolongée à la nature pourrait même nous aider à nous connecter à elle et à nous-mêmes, ce qui, si nous y réfléchissons bien, a du sens, car les deux sont de même nature. En fin de compte, nous sommes la terre et la terre est nous. Et en effet, alors que l'exposition à la nature semble déjà avoir des avantages considérables, les effets sont encore plus grands que ce que l’on peut imaginer.

Nous pourrions mieux comprendre cet effet en regardant ce qui se passe lorsque nous sommes dans la nature. Des touristes en Espagne et en Californie, par exemple, ont rapporté que l'observation de la faune leur évoquait des sentiments de crainte et d'émerveillement et créait une expérience temporelle lors laquelle toute leur attention était concentrée sur le moment.

Matthew Zylstra a également émis des idées stimulantes sur l'expérience significative avec la nature et le lien avec la nature. Dans sa recherche (2014), il a découvert, par exemple, que des expériences significatives avec la nature sont déclenchées par une rencontre inattendue avec la nature «non ordinaire»:

 

Elle est caractérisée par une conscience sensorielle accrue (par exemple, la beauté et le détail des phénomènes naturels retiennent notre attention), une intensification des réponses émotionnelles (par exemple, émerveillement, étonnement) et physiologiques (par exemple une «ruée»). Si un animal est impliqué, la proximité, la durée prolongée et la réciprocité sont des thèmes clés. Pour une expérience significative avec la nature n'impliquant pas un animal, la vitalité perçue, le dynamisme et l'énergie qui imprègnent le paysage de la terre / la mer / le ciel étaient primordiaux. Les individus ont déclaré avoir ressenti une interdépendance et un oubli de soi. Le privilège de communier avec un «autre» semble (re-)définir l'être et l'appartenance d'une personne dans le monde (p. 4)

 

Ce qui est important à considérer à cet égard, c'est que malgré les effets du contact avec la nature, les humains ont tendance à sous-estimer les avantages hédoniques que peut leur apporter la nature. Et c'est regrettable compte tenu des avantages qui nous attendent une fois que nous sommes à son contact.

Zylstra a constaté, par exemple, que 90% des personnes interrogées ont admis l'impact positif d'expériences significatives avec la nature sur la vie, en particulier en ce qui concerne la compréhension de l'interconnexion et l'interdépendance, les choix de carrière, le respect envers la nature et la vie, ainsi que de nouvelles façons de voir le monde.

Des constatations comme celles-ci appuient la supposition que, par le lien émotionnel avec la nature, des expériences significatives avec la nature peuvent motiver les comportements pro-environnementaux et servir de catalyseurs pour la croissance personnelle et la transformation, en particulier avec la réflexion, la facilitation sociale (guidée) et le savoir écologique.

 

Que pouvons-nous faire pour développer notre lien avec la nature et s'ouvrir à une vraie rencontre avec la nature?

Bien qu'il n'y ait pas un seul moyen parfait, il y a de nombreuses approches prometteuses pour intégrer ces idées. La plupart d'entre nous ont été entrainé pour comprendre comment fonctionnent les choses, mais moins comment entrer en contact avec elle. Alors, que pouvons-nous faire? Passez du temps dans la nature et soyez ouvert à ce qu'elle vous dit. Restez un peu plus longtemps que votre esprit ne le voudrait. Motivez vos amis, collègues et clients à faire de même. Rejoignez-vous, sortez ensemble dans la nature et échangez vos expériences. Si vous avez des enfants, laissez-les jouer dans la nature. Le succès des jardins d'enfants forestiers, par exemple, suggère fortement que non seulement cela augmentera le bien-être des enfants, mais qu'ils prospéreront dans la nature. De plus, les enfants ont une intuition et jouent d'une manière que la plupart des adultes ont perdue. Donc, vous pourriez observer la façon dont vos enfants se connectent au monde et voir ce que vous pouvez apprendre d'eux.

Et bien que les effets soient moins grands, notre réflexion est stimulée quand on pense à combien la qualité de nos vies et environnements de travail pourraient s’améliorer en mettant un peu plus de végétation dans nos environnements. Nous explorerons différentes façons de le faire sous peu.

Enfin, il semble que la reconnexion à la nature est l'une des choses les plus prometteuses que nous puissions faire pour mener une vie saine et épanouissante, et motiver les comportements pro-environnementaux. Et cela serait même capital, puisqu’une grande partie de notre destruction écologique et de notre mal-être est due à une idée préconçue du monde que l’on peut réellement modifier. Nous découvririons cette connexion, ce qui lui est arrivé et les effets qu'elle a sur nos environnements dans l'un de nos prochains articles.

Pour l'instant, vous pourriez garder à l'esprit, que la prochaine fois que vous vous sentirez mal, vous pourriez essayer d'aller planter un arbre.

 

Dans les prochains articles

Comment avons-nous perdu notre lien avec la nature initialement?

Pourquoi serait-il judicieux d'intégrer la nature dans notre lieu de travail et comment pouvons-nous le faire?

 

Pour aller plus loin

eyes4earth.org

Écologie profonde

Éco-Psychologie

Pierre Rhabi

Schumacher College

Charles Eisenstein

 

Par Benedikt Schmidt

 

Références

Capaldi, C. A., Dopko, R. L., & Zelenski, J. M. (2014). The relationship between nature connectedness and happiness: A meta-analysis. Frontiers in Psychology, 5, 976.

Capaldi, C. A., Passmore, H. A., Nisbet, E. K., Zelenski, J. M., & Dopko, R. L. (2015). Flourishing in nature: A review of the benefits of connecting with nature and its application as a wellbeing intervention. International Journal of Wellbeing, 5.

Kellert, S. R, & Wilson, E. O. (Eds.). (1993). The biophilia hypothesis. Washington, DC: Island Press.

Ulrich, R. S. (1984). View through a window may influence recovery from surgery. Science, 224, 420-421.

Zelenski, J. M., Dopko, R. L., & Capaldi, C. A. (2015). Cooperation is in our nature: Nature exposure may promote cooperative and environmentally sustainable behavior. Journal of Environmental Psychology, 42, 24-31.

Zylstra, M. J. (2014). Exploring meaningful nature experience, connectedness with nature and the revitalization of transformative education for sustainability (Doctoral dissertation, Stellenbosch: Stellenbosch University).

Zylstra, M. J., Knight, A. T., Esler, K. J., & Le Grange, L. L. (2014). Connectedness as a core conservation concern: An interdisciplinary review of theory and a call for practice. Springer Science Reviews, 2, 119-143.

Ecrit par le 19/04/2018
Dernière modification le 19/04/2018
Catégorie : Articles hebdomadaires
Autres articles sur :

Commentaires