Le long chemin du retour: Comment la nature nous nourrit

the-long-way-home
the-long-way-home
Par Benedikt Schmidt

Les thèmes centraux

  • Les effets positifs de la nature sur notre santé physique et psychologique ont été documentés sans équivoque
  • L’intégration de la nature dans notre lieu de travail augmente le bien-être et diminue le mal-être
  • Les gens sous-estiment les bénéficiés, que l’être dans la nature et être connecté avec la nature leur donnes
  • L’expérience de la nature positivement influe la fonction cognitive humaine, la santé mentale et des mesures de la pro-socialité
  • Notre déconnection de la nature est vraisemblablement à la fondation d’un grand part du mal-être modern
  • La plupart de cela est due au fait que la nature est notre vrai habitat

Imaginez que vous êtes assis sur une colline depuis laquelle vous avez une vue sur le lit d’une rivière propre entouré de groupes d’arbres anciens, noueux et luxuriants, de petits animaux se reposant à l’ombre, une douce brise, des gazouillis d’oiseaux, l’odeur d’un sol sain et vivant. Comment ça vous fait sentir? Excité? Angoissé? Rafraîchi? Indifférent? Est-ce que ce serait un endroit où vous pourriez vous imaginer rester un certain temps?

Quand les gens sont donnés la choix, ils préfèrent généralement ce type d’environnement (en particulier ceux avec des éléments de l’eau, des grands arbres âgés, une végétation intacte où avec un minimum d’influence humaine) aux environnements urbains, sans distinction de nationalité où culture. En outre, la plupart des endroits considérés par des gens comme favorable où revigorant sont des endroits naturels. Et plus les gens sont mentalement fatigués, plus ils sont susceptibles de choisir une marche réparatrice dans un environnement naturel plutôt qu’en milieu urbain. La question est de savoir, pourquoi nous passons la plupart de notre temps dans des environnements urbains et/où intérieurs où la plupart de ces éléments sont replacé par le béton, le bruit et la pollution? Et en effet, de plus en plus de gens de monde entier se posent exactement cette question et passent en conséquence plus de temps dans la nature, apprennent à connaître la nature, commencent à cultiver leur propre nourriture, et s’engagent dans des projets de restauration des écosystèmes ainsi que des fermes communautaires.

Et à juste titre. Les avantages du lien physique et psychologique avec la nature sur un grand nombre des dimensions du bien-être humaine ont été bien documentés. Et regardent dans notre passé cela n’est pas surprenant. Comme l’a estimé Pretty (2002), pendant 350.000 générations, les humains ont vécu près de la terre en tant que chasseurs-cueilleurs, où ils ont été caractérisés par un sens de l’appartenance et du place ainsi que un sens d’être intégré dans le monde naturel. Par contraste, nous sommes principalement urbanisés et dépendant de l’agriculture industrielle depuis deux générations. Et pourtant, malgré cette déconnection physique et psychologique récente, nous continuons fortement de fonctionner dans cet vieux motifs. Et il serait étonnant, qu’il n’y ait pas de conséquences négatives suite à la déconnection du mode de vie moderne de la nature. Le fait que dans cette deux générations nous avons détruit la grande partie de notre base écologique, pollué nos rivières, air et paysages et bétonne la grand partie du reste donne à réfléchir. Respectivement, il devrait y avoir des bénéficies immenses, si nous restaurons et reconnectons à notre environnement. Pris ensemble, nous devrons tous être très intéressés à intégrer plus de la nature dans nos vies et lieus du travail.

Pendant que nous avons introduit le concept du lien avec la nature dans notre première article, cet article trait avec plus de détail les effets positifs de la nature en général, ainsi que comment on y peut devenir ouvert. Pour éviter ambiguïté et pour rester pragmatique nous considérons nature comme tous les éléments vivants et non-vivants d’un écosystème, mis à part environnements non-vivants construits par des humains, des catastrophes naturels et des animaux suscitant de la peur.

Qu'est-ce qui se passe quand nous interagissons avec la nature?

Russell et collègues (2013) ont étudié et compilé la littérature sur les effets de les interactions avec la nature sur le fonctionnement cognitive et le bien-être. Ils ont traité quatre chaînes d’interactions et dix dimensions de bien-être humain. Les quatre chaînes sont savoir, percevoir, interagir avec et vivre dans la nature. Les dix dimensions de bien-être humain sont santé physique, santé mentale, spiritualité, un sens de control et sécurité, aptitude, inspiration, sens du place, identité, lien et appartenance, ainsi que le bien-être général subjectif.

Tous les chaînes n’influencent pas tous les indicateurs du bien-être et chaque chaîne n’influence pas chaque indicateur. Des effets différents peuvent exister indépendant l’un l’autre, mais en parallèle. À fois même des émotions négatives peuvent être évoquées. Cependant, il s’équilibrent souvent avec des autres indicateurs du bien-être ou des habilités, donnant lieu à l’auto-responsabilisation ou la confiance en soi. L’éventail des effets qu’est présenté ici est vaste mais il n’est pas exhaustif.

Savoir

Savoir et apprendre à connaître notre interconnectivité avec la nature ont été associés avec un grand nombre des effets positifs à long terme, surtout dans le développement personnel, entre autres un meilleur aptitude de faire des décisions à long terme, l’expérience de la stupeur, la présence d’un but dans la vie, l’aptitude pour l’intimité et communauté ainsi que une diminution des aspirations extrinsèques, comment l’argent, l’image où la notoriété, tels que ont été associés avec le mal-être. Avoir la nature à proximité ou simplement savoir qu’elle existe est important pour les gens, qu’ils en soient des utilisateurs réguliers ou non.

Apercevoir

Apercevoir la nature, c’est-à-dire l’interaction éloigné avec des éléments d’un écosystème, mène des nombreux bénéfices. Par exemple, des études sur le milieu du travail ont révélé qu’une vue sur des éléments naturels réduisant le stress des employés ainsi qui leur intention de quitter leur travail. En plus on a trouvé que au-delà cela augment leur bien-être, leur satisfaction au travail, leur satisfaction de vie, leur patience ainsi que la rapidité de leur restauration après une période de concentration, de maladie ou de blessure. Des autres associations positives ont été révélés avec l’inspiration, la santé, l’autodiscipline et l’attention.

Interaction

L’interaction est l’interaction multi sensorial physique, active et direct avec des éléments d’un écosystème et a été associée avec de nombreux bénéfices. En récupérant d’une crise, par exemple, les effets de l’expérience dans la nature en plein conscience et de l’interaction avec la nature ont été trouvés d’être plus fort même que ceux de se promener ou de parler avec des amis. Des interactions non-consommateurs (c’est-à-dire non motorisé et sans chasser ni pêcher) avec la nature ont été trouve d’être connecté avec la générosité est la bienveillance. Posséder un animal ainsi que le contact avec des animaux sont associés avec longévité est des émotions positives. Et aussi la spiritualité, la confiance en soi, un sens d’appartenance, un lucidité sur “ce qu’importe vraiment”, un sens de control augmenté, des comportements pour l’environnement, des fortes émotions d’être connecté, ainsi que des réseaux sociales plus favorables sont tous des indicateurs puissants, qu’ont été associés avec des engagements non-consommateurs et interactifs dans la nature.

Vivre

Cela trait les interactions quotidiennes avec l’écosystème dans lequel on vit. L’évidence sur des liens bidirectionnels entre l’écosystème et la santé humaine a inspiré des exigences pour des systèmes de santé d’adresser la nature comme un voie de nourrir la santé humaine. Vivre entouré de la nature est connecté avec la santé mentale, une vision plus positive sur la vie, résilience envers le stress psychologique et le stress diminué plus en général. En outre, il est très probable que des effets à longe-terme incluent et amplifient ceux qui ont été mentionnés sous les termes apercevoir er interagir avec la nature. Le recherche montre au-delà , que un biodiversité augmentée à proximité de leur domiciles corrèle positivement avec la diversité microbiotique humaine et que cela peut contribuer à des résistances immunologiques accrues. Et allant plus loin encore la santé du microbiote interne a été liée à la santé mentale, tel que des niveaux diminués de la dépression et de l’anxiété.

La proximité des bâtiments à la végétation voisine a été montrée de réduire les niveaux de la peur, du crime, de l’agression et de la violence entre les habitants. Cependant, on ne peut pas encore faire des conclusions finales à ce propos, parce que les résultats ne sont pas encore entièrement clairs. Vivre en plein conscience dans les environnements naturels augmente très vraisemblablement les relations positives entre les gens, ce qui augment alors le bien-être humain.

Que-ce que nous pouvons faire?

Un pas important et de devenir ouvert et conscient sur le fait que nous pouvons prendre des décisions vers ce que nous fait du bien. Alors que le quatre chaînes d’interagir avec la nature ont des bénéfices, avoir l’ensemble en vue plus probablement amène les meilleurs effets, puisqu’ils s’amplifient l’un l’autre.

Savoir

Apprendrez et observez. Augmentez votre savoir écologique. Apprendrez sur votre interconnexion avec le monde naturel, informez vous sur la permaculture ainsi que sur les cycles de l’eau, de l’azote et du carbone. Explorez les effets de travailler avec la nature plutôt que contre cela.

Apercevoir

Augmentez le végétation autour de vous. Commencez petit, peut-être de votre bureau et vos locaux professionnels, collaborez avec vos collèges et voisins, replantez votre quartier. Si vous n’avez pas de possibilité de le faire maintenant, vous êtes heureux de savoir qu’il y a déjà des effets positifs sur le bien-être quand nous nous imaginons activement d’être entouré de la nature propre.

Interagir

Passez vos weekends dans la nature, participez à un course de survie dans la forêt, allez et soyez en plein conscient dans une forêt près de chez vous, commencez à cultiver votre propre nourriture, allez faire du camping, passez du temps chez un camp de restauration d’un écosystème. Essayez de cultiver des champignons, du kombucha, de faire un pain au levain ou du sauerkraut – c’est plus facile que vous le pensez. Allez et rencontrez le monde naturel tel qu’il est, devenez ouvert pour votre première expérience significative avec la nature.

Vivre

Devenez conscient de la nature autour de vous. Quoi y existe déjà? Quoi peut être ajouté? Pouvez-vous travailler à distance quelque jours, par exemple en travaillant comme un professionnel libéral plus proche à la nature? Pouvez-vous motiver des politiciens locales à replanter votre quartier? Y a-t-il déjà des fermes communautaires dans votre région? Votre entreprise offre-t-elle déjà des jardins participatifs? Rencontrez vos amis et réfléchissez à ce que vous pouvez faire (ensemble). Utilisez vos espaces pas utilisés, par exemple un toit, pour y commencer un jardin et ne soyez pas timide concernant la quantité des plants que vous allez mettre dans vos locaux professionnels!

C’est notre croyance collective pas réfléchie que nous a déconnecté de la nature, que nous a fait quitter notre habitat et que nous a apporte notre crise écologique et social. Mais quoi, si il était que une possibilité culturellement apprise? Et quoi attend nous en la transcendent? Et en effet, a y bien réfléchir, cela fait beaucoup de sens. Et si vraiment beaucoup des problèmes que nous voyons ces temps-ci étaient en fait à cause de notre déconnection de notre vrai habitat? Si nous prospérions dans la nature, simplement parce que c’est là où nous appartenons?

References

Bested, A. C., Logan, A. C., & Selhub, E. M. (2013). Intestinal microbiota, probiotics and mental health: From Metchnikoff to modern advances: Part I–autointoxication revisited. Gut Pathogens, 5, 5.

Bratman, G. N., Hamilton, J. P., & Daily, G. C. (2012). The impacts of nature experience on human cognitive function and mental health. Annals of the New York Academy of Sciences, 1249, 118-136.
Frumkin, H. (2001). Beyond toxicity: Human health and the natural environment. American Journal of Preventive Medicine, 20, 234-240.
Maller, C., Townsend, M., Pryor, A., Brown, P., & St Leger, L. (2006). Healthy nature healthy people: Contact with nature as an upstream health promotion intervention for populations. Health Promotion International, 21, 45-54.
Mayer, F. S., Frantz, C. M., Bruehlman-Senecal, E., & Dolliver, K. (2009). Why is nature beneficial? The role of connectedness to nature. Environment and Behavior, 41, 607- 643.
Pretty, J. (2002). Agri-culture: Reconnecting people, land, and nature. London: Earthscan.
Russell, R., Guerry, A. D., Balvanera, P., Gould, R. K., Basurto, X., Chan, K. M., ... & Tam, J. (2013). Humans and nature: How knowing and experiencing nature affect well- being. Annual Review of Environment and Resources, 38, 473-502.
Zylstra, M. J. (2014). Exploring meaningful nature experience, connectedness with nature and the revitalization of transformative education for sustainability (Doctoral dissertation, Stellenbosch: Stellenbosch University).

Articles récents

Blog

Du traumatisme à la croissance, une tribune du Pr Ilona Boniwell, Psychologie Positive Magazine

Blog

Engagement et bien-être au travail : Développement du Profil Organisationnel Positif (POP)

Blog

Psychologie positive : Ilona Boniwell pour HEC (podcast)
icone A Propos

Ce site Web utilise des cookies pour s'assurer que vous obtenez la meilleure expérience possible.