La parentalité basée sur la psychologie positive – cela vous parle ?

blog-parentalite-positive-img2
blog-parentalite-positive-img2

Commençons déjà par définir ce que c’est d’être parent : « Un parent est un proche avec lequel un enfant a une relation à long terme, unique et un lien émotionnel irremplaçable (Rohner, Khaleque, & Cournoyer, 2012).

Et qu’en est-il de la parentalité ? Celle-ci implique des schémas de comportement tout au long de la vie, parmi les organismes qui appartiennent à des générations différentes, selon Lerner et al. (2002). La parentalité est considérée comme un processus biologique et social complexe (Tobach & Schneirla, 1968), qui va au-delà de la provision de nourriture et de la sécurité assurée par les parents à leur progéniture.

L’efficacité de la parentalité est décrite comme un ensemble d’actions parentales qui aident l’enfant à s’adapter à l’environnement et à utiliser avec succès les opportunités qui lui sont offertes. En occident, un enfant dont le développement est réussi se montre généralement coopératif, amical, stable sur le plan émotionnel, fiable, ayant le potentiel d’être un bon citoyen et bien éduqué (Maccoby, 1992).

Les chercheurs Bradely et Caldwell ont proposé la théorie des 5 « S » qui précise les tâches que les parents doivent accomplir afin de garantir un développement sain à leur enfant :

  1. Substinance (survie et intégrité biologique)
  2. Stimulation (cognitive et socio-émotionnelle)
  3. Soutien
  4. Structure
  5. Surveillance

Depuis le début du 21ème siècle, la parentalité a connu une évolution vers la positivité ; c’est-à-dire plutôt que d’enseigner aux enfants ce qui est bien et ce qui est mal, l’orientation positive de la parentalité se concentre sur le développement de la capacité innée des enfants à dire intrinsèquement ce qui est bien et ce qui est mal (Gray, 2007), ainsi qu’à être intrinsèquement motivés.

Malheureusement, il n’existe à ce jour toujours pas de consensus par rapport à la définition de la parentalité positive ni une méthode pour la mesurer. Mais est-ce si important ? Personnellement, je ne pense pas.

Néanmoins, il serait plus judicieux de ne pas la confondre avec la discipline positive ou l’éducation bienveillante, deux concepts proches mais différents. Le mot « positive » dans le cas de la discipline positive fait référence à un style parental bienveillant, non-punitif, bien que ferme.

Selon Professeur M. Seligman, le père de la Psychologie Positive, la parentalité basée sur la psychologie positive est centrée sur les 3 concepts clés suivants : émotions positives, forces de caractères, valeurs. En d’autres termes, le but de la parentalité basée sur la psychologie positive est d’exprimer des émotions positives inconditionnelles et abondantes ainsi que d’identifier les forces de l’enfant afin de promouvoir son bien-être.

Petite question à vous chers lecteurs, vivez-vous plus d’émotions positives que négatives au sein de votre famille ? Si oui, bravo !

Dans le cas contraire, ne vous inquiétez pas, il existe une multitude d’activités qui permettent d’augmenter l’expérience d’émotions positives telles que jouer un jeu en famille, regarder un film drôle, savourer un dessert, danser, etc.

À long terme, l’objectif est d’aider l’enfant à structurer sa vie (éducation, carrière, loisirs) en fonction de ses forces les plus fréquemment utilisées.

Avez-vous fait l’inventaire des forces de votre enfant / vos enfants ? Sinon, vous avez une nouvelle activité sympathique à faire en famille ; soit chacun remplir le questionnaire VIA (à partir d’11 ans) soit vous vous servez du Jeu de forces (à partir de 5 ans) ou des cartes des forces (aussi en digital, avec des ados) afin de découvrir les forces de chacun.

Je vais vous présenter en détails le modèle de la parentalité basée sur la psychologie positive proposé par le Pr. Martin Seligman ce qui vous permettra d’adopter quelques comportements qui pourraient vous sembler importants.

  • Age 0 – 6 ans : pendant les années de petite enfance, l’accent devrait être mis sur l’augmentation d’émotions positives chez l’enfant à travers l’expression abondante et inconditionnelle d’émotions positives des parents, afin de permettre un attachement solide entre l’enfant et ses parents. Les émotions positives à leur tour stimulent la créativité, l’exploration et l’ingéniosité. Ces dernières construisent des capacités, aptitudes ce qui renforce les émotions positives (spirale vertueuse).
  • Tout au long de ce processus d’acquisition des compétences par le jeu, des forces et des valeurs apparaissent progressivement. À l’apparition de chacune d’elle, le parent doit féliciter, nommer et encourager l’enfant (renforcement positif), tout en agissant comme un modèle. Ceci permet à l’enfant d’identifier les sources potentielles des émotions agréables telles que l’amour, l’intérêt, l’éloge. Par conséquent, il va répéter l’utilisation de ses forces afin d’obtenir à nouveau les émotions positives de la part de ses proches.
  • 6 ans : A cet âge, généralement, les forces apparaissent de manière de plus en plus régulière. Au cours de ce processus, certaines tentatives de force sont fructueuses et d’autres ne le sont pas.
  • Finalement, l’enfant cesse de montrer certaines de ses forces qui, dans le passé, l’ont amené à l’échec et il commence à en répéter d’autres liées à des tentatives plus réussies. Il se développe alors les forces de signatures (utilisées fréquemment et de façon importante). L’enfant va donc les connaitre et les utiliser.
  • Si les parents adaptent l’éducation de l’enfant, ses compétences, ses activités et sa carrière ultérieure en fonction de ses forces et de ses valeurs, l’enfant aura plus de chances de mener une “bonne vie », ce qui favorise également l’épanouissement des parents.
blog-parentalite-positive-img

Ce développement ne peut que réussir si les conditions des 5 « S », ci-avant évoquées, sont réunies.

En conclusion, une parentalité basée sur la psychologie positive se définit par l’expression d’émotions positives ainsi que l’identification des forces et des valeurs. 

Est-ce si simple que cela ? Je vous laisse le soin d’y réfléchir… 🙂

Articles récents

Blog

L’état des lieux de la santé mentale des jeunes et moins jeunes

Blog

Un triste anniversaire mais pas que … !

Blog

Ressentir et partager de la gratitude, c’est bon pour tout le monde !
icone A Propos

Ce site Web utilise des cookies pour s'assurer que vous obtenez la meilleure expérience possible.