Vers l’espoir d’une belle année 2021

Happy New Hope
Happy New Hope

D’où je viens, le Nouvel An a toujours été plus important que Noël et bien que j’aie célébré ce dernier pendant plus de la moitié de ma vie d’adulte, c’est le premier qui symbolise autant la transformation.

L’ancien laisse la place au nouveau, je prends donc le temps de dire au revoir à ce qui ne sera plus jamais afin d’accueillir ce qui est encore inconnu.

En disant au revoir à 2020, j’essaie d’être reconnaissante, d’apprécier. Pour être tout à fait honnête, je n’en suis pas encore là, même si l’acceptation s’installe lentement.

Adieu aux 1,79 millions d’êtres humains emportés par quelque chose qui ressemblait à une « fake news » il y a à peine un an.
J’aurais voulu dire au revoir à un être très proche, mais je n’ai même pas pu le faire, seulement en regardant son visage immobile à travers un écran de téléphone dans les mains tremblantes de ma mère. Il n’avait que 65 ans…

Adieu au monde réduit à la taille d’un espace de vie restreint et à la compagnie d’une seule personne pour beaucoup, aux sourires cachés sous des masques, aux vitrines fantômes, aux divorces qui semblent être plus nombreux que les mariages, aux oiseaux de fer cloués au sol et à la fatigue des visio-conférences.

Merci à vous tous qui n’avez cessé de vous battre, avec ou sans aides de l’état, à vous tous qui n’avez cessé de changer et de vous transformer et à vous tous (si nombreux…) qui avez été confrontés à l’épuisement quotidien et à vos propres démons : frustration, peur, anxiété ou désespoir.

Nous avons appris, oui, nous avons beaucoup appris. Nous avons appris comment se numériser, être présent à distance, être collaboratif, résistant et innovant. Nous avons appris que nous sommes très petits mais que nos limites sont plus grandes et plus extensibles que nous ne pouvions l’imaginer, que chaque parent a un peu d’enseignant en lui, qu’ensemble nous sommes plus forts, qu’en venant au bureau on peut se sentir bien, que la résilience peut vraiment s’apprendre même au milieu de la Covid-19.

Bonjour, 2021 ! Moi, nous, le monde entier, souhaitons que tu sois une belle année, ou du moins un peu plus joyeuse. J’espère… J’ai de modestes espoirs – serrer dans mes bras mes grands enfants déconnectés par la distance, voir les yeux de mon mari à travers des lunettes sans buée, avoir l’occasion de faire beaucoup « d’apéro » avec mon équipe, sans parler de ceux à travers Zoom, dîner dans un restaurant, reprendre l’avion, continuer à travailler avec tous nos clients et partenaires (que je considère comme des amis, vraiment ! ), et qu’ils se maintiennent à flot (je souhaite la même chose aux clients de nos clients…), et, pour tous les jeunes, je souhaite d’avoir de nouvelles fenêtres d’opportunité qui s’ouvrent.

Etant donné que l’espoir signifie qu’il y a plus d’un chemin pour arriver là où nous allons, même si et quand les chemins prévus se trouvent bloqués, je souhaite à tous et à chacun d’entre nous que de nouveaux chemins apparaissent et que l’on garde la clairvoyance nécessaire pour les remarquer. Je souhaite que nous voyions la beauté et l’infini, que nous ayons des rêves et que nous gardions Espoir.

Bonne année à tous !

Pr. Ilona Boniwell

Articles récents

Blog

L’état des lieux de la santé mentale des jeunes et moins jeunes

Blog

Un triste anniversaire mais pas que … !

Blog

Ressentir et partager de la gratitude, c’est bon pour tout le monde !
icone A Propos

Ce site Web utilise des cookies pour s'assurer que vous obtenez la meilleure expérience possible.