Heureux à tout prix?

Heureux à tout prix?

Les livres les plus vendus à la Fnac sont ceux du développement personnel et de la cuisine. On voit une tendance, même un marché qui prône le fait de se sentir mieux, de développer son bonheur, de s’appliquer toutes les techniques de développement personnel. Des courants de pensée s’attaquent à cette façon de vouloir vendre du « bonheur » comme n’importe quel objet de consommation.

Il revient alors de questionner ces outils et ces disciplines. De quoi parle t-on avec la psychologie positive, la science du bonheur? Est-ce que cela s’applique à tous?  Comment former/accompagner « correctement » à la psychologie positive sans pousser l’individu à être « Heureux à tout prix » ?

Nous vous proposons 5 CLEFS POUR NE PAS TOMBER DANS L’INJONCTION DU BONHEUR ! ?

 

Les compétences émotionnelles
Les compétences émotionnelles

5 CLEFS POUR NE PAS TOMBER DANS L'INJONCTION DU BONHEUR ! 

Hier, nous nous sommes retrouvés dans les différents acteurs de la Psychologie Positive à Lyon.  Nous échangeons une fois par mois sur des situations que nous rencontrons sur le terrain.  Le sujet abordé hier nous a permis d’ouvrir une porte de laquelle nous ne parlons pas souvent : est-ce que la psychologie positive marche pour tout le monde? 

Est-ce que tout le monde se sent d’attaque et a envie de s’atteler à cette psychologie positive qui est « l’étude des processus et des conditions qui mènent au fonctionnement optimal des personnes, groupes et organisations. » (Gable & Haidt (2005))? Est-ce que tout le monde a envie de la mettre en place? Est-ce que l’on est tous prêt, attiré, disposé pour cela? 

Retrouvez une définition de la psychologie positive par Rebecca Shankland

La réponse est, évidemment, NON ! Et il faut en permanence questionner sa pratique, définir la psychologie positive et ne pas promouvoir le fait d’être « heureux à tout prix ».

En effet, nous avons tous, dans nos pratiques, pu trouvé des personnes pour laquelle cette façon de voir les choses n’étaient pas entendable, parfois même difficile à vivre. 

  • Pour l’une d’entre nous, l’expérience relate une participante qui ne pouvait concevoir d’être amener à regarder son travail sur le côté satisfaisant. En effet, on lui avait appris à avancer sans se poser de question et de persévérer jusqu’à ce que ça marche, peut importe le prix. Pas le temps de s’arrêter et de regarder les bonnes choses : il fallait avancer.
  • Pour un groupe de médecins et de psychologues, cela était très difficile d’entendre parler de l’optimisme et du veillissement possible. Comment peut on regarder les choses sous cet angle qui semble dénigrer les difficultés du veillissement et la maladie. 
  • Pour une personne sortie à peine d’un grave accident de vie, parler de bonheur, de bien-être hédoniste et eudémonique peut paraitre inapproprié et difficile à pratiquer d’une formation. Pourquoi chercher à être « heureux à tout prix » alors que l’on vit un moment difficile? 
  • Pour un groupe de travailleurs d’une maison de retraite sujette à de nombreuses réorganisations et à une direction changeante tous les 5 mois, une intervention sur le bien-être au travail et la performance n’avaient aucun sens non plus. 

COMMENT REAGIR DANS CES SITUATIONS? 

1. Se rappeler que la psychologie positive est une dimension de la psychologie humain qui est une des façons de comprendre l’humain parmi d’autres. Elle n’est pas toujours la pratique et la théorie qui est bénéfique à l’histoire de vie de la personne ou de l’équipe que nous avons devant nous.

👉🏼 Cela veut donc dire que l’on peut réorienter des personnes, autoriser quelqu’un à ne pas faire une pratique en session si cela l’a met en difficulté. La personne, qui devait avancer coute que coute, ne voulait pas faire l’exercice trop violent. En l’autorisant à se mettre en retrait et à ne pas le faire, elle a pu choisir finalement d’y aller car elle se sentait en confiance d’avoir pu dire non au besoin. 

2. Toujours avoir en tête, qu’aucune intervention, quelqu’elle soit, ne doit jamais être dupliquée à l’identique sans s’adapter un terrain. Ne pas utiliser un protocole tout fait sans prendre connaissance de la réalité qui est vécue par le public en face de nous. 

👉🏼 Questionner les attentes, le milieu dans lequel on intervient, comprendre les enjeux d’une formation et se demander si notre intervention dans ce cadre a su sens pour nous et correspond à notre éthique. On peut dire non à une intervention dans un milieu très difficile qui veut de la psychologie positive pour faire sourire des troupes ! Rebecca Shankland de l’université de Grenoble rappelle que certains comportements positifs se sont pas opportuns pour tous : l’optimisme poussé à l’extrême peut favoriser les comportements addictifs et de prise de risque par exemple, dangereux pour des publics fragiles. Tout est question de nuance et d’adaptation.

3. De la même façon, ce n’est pas parce que la psychologie positive offre beaucoup d’outils pratiques, que nous devons impérativement nous en servir à chaque fois même si des tendances scientifiques disent que ça marche ! Il s’agit de bien répondre au besoin exprimé en face de nous.

👉🏼 Ne pas partir avec une idée en tête prévue pour la personne mais plutôt lui demander où elle en est, et ce qu’elle a besoin à ce moment précis et l’accompagner sur le chemin qu’elle souhaite empruntée. Une patiente voulait travailler sur la session suivante sa confiance en elle, j’avais amené le jeu des Cartes des forces. Finalement à cette séance, elle a voulu parlé d’évènements émotionnels forts et nous avons fait tout son accompagnement sans utiliser le jeu qui n’a jamais été opportun. Ce n’est pas parce que la pratique des forces renforce la confiance en soi de x% que cela est nécessaire et la meilleure option pour une personne. Les tendances scientifiques ne sont que des tendances et non des vérités absolues. 

4. Il faut respecter la souffrance de l’autre et octroyer du temps à bien faire comprendre que l’enjeu de la psychologie positive n’est pas de nier le négatif. On va là où se sent apte d’aller. Des sujets de la psychologie positive comme la résilience, l’intelligence émotionnelle, la croissance post traumatique  montrent que l’on peut faire des choses de la discipline même en période compliquée sans tomber dans le positivisme à tout prix

👉🏼 Le temps de purge émotionnelle avec l’outil du cadrant des émotions de notre Module 2, s’est avéré être indispensable pour comprendre l’état d’esprit dans le groupe des médecins/psychologues, celui de la maison de retraite, celui de la personne qui refuse l’activité ou encore celle qui sort de l’accident. Une fois ce temps offert, il a été possible de partir vers la recherche du développement. 

5. Dans les interventions de psychologie positive, toute la question à se poser en tant qu’intervenant est celle de notre intention : que voulons-nous faire passer qu’un message? Cela respecte-t-il l’éthique et le fondement scientifique de la discipline? Ne passe-t-on pas trop vite sur la définition de la discipline pour se cacher derrière de la pratique? Suis-je bien aligné dans ma présentation tout en répondant aux attentes du terrain? 

👉🏼 Ne pas tomber dans le piège de donner que des pratiques sans expliquer leurs fondements scientifiques et le cadre de la psychologie positive pour offrir une image complète. Avoir l’impression d’un travail bien fait et respectueuse de cette discipline scientifique. 

La psychologie positive ne chercher pas à nous rendre « heureux à tout prix ». Elle a pour mission de rééquilibrer les recherches faites sur l’accompagnement de ce qui ne fonctionne pas en identifiant et favorisant les facteurs de ce qui marche bien pour s’améliorer.

Il en est ensuite du bon vouloir de chacun de savoir ce qui lui donne envie, ce dont il a besoin et d’aller piocher dans les interventions qui y répondent. 

C’est en cela, que les intervenants en psychologie positive, doivent être vigilants à offrir des apports et des interventions adaptés qui respectent tout un chacun. 

Par Justine Chabanne

Découvrez Les Bases de la Psychologie Positive pour comprendre ce qu’est ou non cette discipline à Lyon ou à Paris.

 

 

Articles récents

Blog

Éviter l’échec grâce à ses forces !

Blog

Les 4 clefs de la motivation en psychologie positive

Blog

Comment préparer les enfants à la réalité de la vie
icone A Propos

Ce site Web utilise des cookies pour s'assurer que vous obtenez la meilleure expérience possible.